MAYA 4 – L’assemblage des bonnets en mousse


Quatrième et dernière étape du montage du soutien-gorge MAYA, à partir du patron gratuit proposé par AFI sur son site internet, qui vient après :

  1. la préparation des pièces
  2. le montage des bonnets en mousse
  3. la préparation de la bande dorsale

 

Première étape : mettre en place et coudre le bonnet

La mise en place du bonnet est la partie la plus impressionnante à mon goût. Il faut le positionner endroit du bonnet contre endroit de la bande, et venir plaquer l’arrondi de la bande le long du bonnet.

Je commence par positionner trois épingles sur les points de repère : à chaque extrémité, et vers le milieu sur la ligne de couture intérieure des bonnets (vous pouvez voir au passage le caractère approximatif de mes points de couture sur la mousse, j’aurais vraiment mieux fait de mettre un joli ruban pour le cacher).

Le repère de la ligne de couture du bonnet sur la bande est indiqué sur le patron, vous pouvez le visualiser sur les instructions à cette page. La créatrice du Maya préconise de cranter la bande pour faciliter sa coudre en arrondi. J’ai choisi de ne pas le faire, car je considère que le risque de cranter un peu trop profondément est important, et je ne suis pas sûre que cela ne fragiliserait pas ensuite ma couture.

En revanche, je mets pleeeeeiiiinnnn d’épingles pour bien répartir et tenir la bande le long du bonnet mousse :

Pour moi qui coud en général sans épingles, c’est une exception, mais la seule méthode que j’ai trouvé pour que le bonnet mousse et la bande se positionnent bien l’un par rapport à l’autre. Et je couds au point droit, très lentement, en retirant les épingles au fur et à mesure. Le résultat :

 

Deuxième étape : placer la gaine à armatures

A l’intérieur, les surplus des bonnets sont bruts. Il faut assurer une finition ; j’ai choisi de placer une gaine à armature, même si je ne mets pas d’armature à l’intérieur.

En effet, cet article a à la fois la résistance et la douceur attendue pour ce renfort.

Les armatures sont cousues sur les surplus puis surpiquées. Je vous invite à vous reporter à cet article où je décrivais la méthode en détail pour coudre les gaine  et d’autre part à cet article où est présenté la surpiqure des gaines. 

La méthode est exactement la même que les bonnets soient en mousse ou en tissu. Attention aux manipulations, pour le pas abimer la mousse.

Le résultat fini de l’intérieur :

 

Troisième étape : finitions

Dans mon cas, il ne restait plus qu’à régler la longueur de bretelle (je les ai voulues non réglables sur ce modèle) et à les coudre sur les anneaux mis en place, et mon Maya était terminé :

Facile et rapide, pour un premier essai de Maya visant à tester le patron pour bonnet mousse : c’est une franche réussite. Je n’ai pas suivi les instructions, qui utilisent des techniques qui à mes yeux ne favorisent pas la durabilité du modèle ou le soutien en grande taille (doublure thermocollée, dos sans powernet). En revanche, aucun souci avec ce patron gratuit, dont tous les repères tombent parfaitement.

Pour celles qui souhaitent ce lancer dans un premier soutien-gorge sans courir après les patrons, je recommande chaudement celui-ci en pdf gratuit, avec un large choix dans les tailles disponibles, et très clair. Un grand merci à la créatrice d’AFI !!

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci pour tes articles, ça donne envie de franchir le pas !
    J’hésite entre le maya et le boylston, puisque tu as cousu les deux, puis-je te demander quelles sont les différences, surtout en terme de couverture ?

    • Bonjour,
      Merci pour ton message. Pour ta question, je préfère largement le Maya, mais c’est très personnel. Quelques points de comparaison :
      – J’ai cousu le Boylston alors qu’il n’existait pas encore en grande taille, donc il était un peu petit pour moi, alors que le Maya est gradé sur une large gamme de tailles. A présent, le Boylston existe aussi en grandes tailles.
      – Question couverture et forme, les deux sont assez proches ; dans les deux cas un bonnet haut horizontal, et un bonnet bas en deux parties. J’obtiens un résultat plus « rond », plus naturel avec le Maya que le Boylston, je préfère.
      – Je préfère les bretelles en tissu comme sur le Boylston (j’adapterai ça à mon prochain Maya)
      – Le Maya est gratuit, et pour la qualité du travail de la créatrice, je suis soufflée, c’est extraordinaire !
      – Pour un débutant, les instructions du Boylston sont plus complètes et très claires (celle du Maya sont disponible en ligne, mais elles sont incomplètes, et il y a des éléments dans la méthode de montage qui ne me paraissent pas idéal pour assurer une bonne durabilité à la construction). Je ne sais pas si les instructions du Boylston sont disponibles en français, mais j’en avais fait une traduction sur mon blog avec l’autorisation de sa créatrice. La même méthode peut être utilisée pour le Maya.

      Mes articles de retour sur ces deux patrons sont ici pour le Boylston, et là pour le Maya. Attention : le Boylston n’était pas parfaitement à ma taille, donc les photos rendent moins bien !