Défi 2018 : préparatifs janvier


Mon défi 2018 comprend 12 pièces de lingerie, une par mois, chacune avec un thème / matière / couleur imposé. Pour janvier, ce sera la couleur de l’année, retenue par Pantone : l’ultra-violet.

A première vue, pas simple de rendre en tissu le visuel proposé par Pantone, avec une superbe vidéo dans un nuage stellaire.

Je me suis ajouté une contrainte : travailler au maximum avec ce que j’ai en stock. Mais c’est une couleur que j’utilise peu, et il va falloir trouver de quoi assortir les différents articles nécessaires au soutien-gorge… Heureusement, la couleur se prête bien aux jeux de nuances.

Il me restait un morceau de dentelle qui correspond, bien qu’un peu foncé. Et un coupon de tissu crèpe acheté pour un chemisier léger. Un soutien-gorge demande peu de tissu, je vais faire un petit prélèvement dessus (en espérant que je n’ai pas compté trop court en achetant le coupon, sinon je devrais changer de modèle pour le chemisier).

Par contre, le tissu est fin et léger, pas assez structuré pour un soutien-gorge. Qu’à cela ne tienne, je vais le doubler. Et je ferai une doublure rose, car ça j’en ai, et roses seront donc les pièces intérieures du modèle, invisibles de l’extérieur.  Pour le dos… J’ai un peu de violet et de bleu foncé, ça devrait aller.

Le défi de l’année sera très technique au fur et à mesure des mois, je vais donc commencer doucement pour me remettre dans le bain de la lingerie, avec un patron que je connais bien : le Shelley de la collection Pin’Up. En ajoutant une doublure, donc, et en m’appliquant sur les finitions.

Une fois toutes mes pièces coupées en double, une en tissu extérieur et une en doublure, la couture peut commencer.

 

 

 

 

Pour aller un peu plus vite, je couds autant que possible de pièces deux à deux en enchainant. Ensuite, je n’ai plus qu’à séparer les pièces.

 

 

 

Je surpique soigneusement mes surplus ouverts, sur la doublure et sur le tissu extérieur. Là encore, j’ai fait les quatre sans m’interrompre, en les faisant se succéder sous le pied de biche, puis je les ai séparés.

 

Pour les bretelles, le tissu est fragile, je crains qu’il ne supporte pas la tension.

J’ai donc choisi de les doubler en mousse. En plus, c’est très confortable !

C’est simple : je coupe 4 exemplaires de la bretelle en tissu prévue au patron, et je les couds deux par deux sur une longueur. Je coupe deux bandes de mousse de la même dimension, sans les marges de couture.

 

 

 

J’introduis chaque bande de mousse à l’intérieur de la bretelle.

 

 

 

 

Pas facile à faire tenir en place : je couds en deux passage, c’est beaucoup plus simple. Une première fois sur le tissu intérieur (côté peau), puis une deuxième en rabattant le tissu extérieur sur la mousse.

Il faut faire attention à bien faire une droite et une gauche, le côté fini est à l’intérieur (côté décolleté). Je laisse le côté extérieur (vers l’épaule) ouvert pour l’instant : il sera fini par la pose de l’élastique à la fin du montage.

Pour mes bonnets en tissu, j’ajoute une bande de dentelle en haut du bonnet. Comme ma dentelle est moins large que la pièce « bonnet haut », je n’ai pas pu couper intégralement celle-ci dans la dentelle.

J’applique ma bande de dentelle sur le haut du bonnet, bien à plat, sur l’extérieur. J’aligne les point bas du feston avec la ligne du haut du tissu, puis j’épingle la dentelle en place.

Attention à la symétrie des deux bonnets !

 

Ensuite, je couds le feston en bas de la dentelle sur le tissu. Au point zigzag (un point droit peut aller aussi en l’occurence), et trèèèès lentement. Uniquement en bas : le haut est laissé libre.

Une fois la dentelle cousue en place, je la recoupe à la forme du bonnet.

C’est toujours le même tissu, mais au fur et à mesure de l’avancée de la lumière naturelle qui vient accompagner mon temps de couture, sa couleur varie sur les photos dans différentes nuances de violet  🙂

 

Puis je découpe le tissu sous la dentelle, pour avoir un haut du bonnet transparent.

La doublure viendra dessous, son rose transparent permettra de garder cet effet qui met la dentelle en valeur.

Je laisse la découpe à cru : la doublure viendra protéger des frottements.

J’ai ajouté la pièce de côté sur chaque bonnet (sur le Shelley, le bonnet compte 4 pièces).

Un ruban de renfort en coton est posé sur le haut de la doublure, pour finir le bord et venir supporter la dentelle.

 

 

 

 

Les bretelles sont prises en sandwich entre le tissu extérieur et la doublure, le tout est surpiqué.

 

 

 

 

Enfin, je fixe le haut de la dentelle sur la doublure, par des renfort sur les points bas de la dentelle.

Ce sont de tout petits points bourdon, cousus avec les griffes rétractés, très peu visibles.

 

 

 

 

Voilà, les différents morceaux du soutien gorge sont préparés, reste à assembler le tout et à ajouter la mercerie, élastiques et autres !

Avant la fin du mois, pour rester dans le défi…

Et en ce début d’année avec reprise active de la couture lingerie, je fête aussi le 100ème article de mon blog !  🙂 🙂 🙂

Dans l’enthousiasme, j’ai ajouté trois articles à la boutique : des attaches pour soutien-gorge d’allaitement, des attaches dorsales en couleur, et grande nouveauté : de la mousse textile pour bonnet. Je vous présenterai bientôt une réalisation avec bonnets mousse !

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *