Avis patron : culotte gainante « Coup de foudre »


J’ai cousu le bas du modèle « Coup de foudre » du livre Coudre sa lingerie, une culotte gainante. 

1604-CL CouvertureJ’avais déjà écrit un avis général sur ce livre, dont c’est le deuxième patron que je couds, après la culotte basse intitulée « Pique-nique champêtre ».

Mon avis est double : le résultat est bien, la culotte est juste un peu gainante, très confortable, et le modèle offre une possibilité de design intéressante. MAIS : il y a des erreurs dans le livre, et les instructions m’ont fait jurer plusieurs fois !

Je note d’ailleurs que La Couture Rose a cousu un autre ensemble du même livre, pour lequel elle a également pointé des erreurs / imprécisions (ce qui n’empêche pas son ensemble d’être superbe). Au regard de la qualité apportée au design et aux notes techniques, la faisabilité des modèles semble ne pas avoir été la priorité des auteurs.

Quelques remarques si vous voulez faire ce modèle :

  • Il n’y a pas de liste des pièces, il faut regarder le plan de coupe pour savoir quelles pièces chercher sur les pages de patron, soit pour ce modèle :
    1. devant centre  (en satin, coupé dans le biais)
    2. côté devant (en dentelle rigide)
    3. côté dos (en dentelle rigide)
    4. centre dos (en power net)
    5. gousset (en jersey de coton)

Les pièces 1 à 4 sont sur la même page de patron, mais il y a une erreur sur la légende de la numéro 1 qui est mentionné comme pièce du soutien-gorge de l’ensemble « Coup de foudre » (car le même nom désigne un soutien-gorge ET une culotte). Quand à la petite pièce n°5, elle partie se perdre sur l’autre feuille de patron. Je me moque, mais j’ai passé un quart d’heure à tourner les pages de patron dans tous les sens pour trouver mes malheureuses 5 pages, en rouspétant qu’il y avait donc pire que vouloir recopier un Tendance Couture !

  • Les explications sont techniques. Sur la page, les auteurs répètent 3 fois pourquoi faire une couture anglaise ou une fausse couture anglaise selon la résistance de la dentelle, et à quelle page se trouve l’explication de la méthode. Mais quelques informations de base sont portées désespérément manquantes :
    • Il n’est dit nulle part de façon claire dans quel tissu couper les pièces. En prime, le plan de coupe est dessiné avec un seul tissu pour les pièces 2 à 4, alors qu’en cherchant j’ai fini par deviner que le n°4 correspondait au powernet. Comme il n’y a pas non plus de photo du dos du modèle, je ne vous garantis pas que mon interprétation est bonne. Mais sans ça la culotte n’aurait aucune extensibilité et je ne pourrais pas l’enfiler !

      Dvt culotte

      Devant

    • Il est dit quelque part dans l’introduction que la marge de couture est de 1cm. Là aussi, j’ai repassé tout le livre pour retrouver cette information.
  • Je me suis méfiée des indications sur les élastiques, car je sais que tous les élastiques n’ont pas la même résistance. Après avoir essayé le modèle cousu sans élastiques, j’ai modifié les calculs :
    • Pour la taille, il était recommandé de mesurer le tour de taille et coudre un élastique de longueur inférieure de 25 % : je me suis arrêtée à 15 % car en essayant une longueur réduite comme préconisée  je me suis rendue compte que j’allais être serrée façon saucisson.
    • Pareil pour les tour de cuisses : le livre recommande des élastiques de longueur inférieure de 20 %  à celle du tissu en répartissant de façon homogène la différence. Je me suis arrêtée à une réduction de 10 %, appliquée uniquement sur le fessier. J’ai été bien inspirée : les jambes sont bien assez serrées sans ça, des élastiques plus tendus auraient été franchement inconfortables.
Dos culotte

Dos

  • J’ai posé les élastiques selon la méthode lingerie classique plutôt que le montage proposé. Arrivée là, j’en avais un peu marre de la qualité-pas-du-tout-à-mon-goût des instructions.

Donc pour les instructions, j’ai plus eu l’impression d’être enquiquinée qu’aidée par le livre. Je ne recommande vraiment pas aux débutants !

En revanche, le résultat final est très satisfaisant. La culotte est confortable et très jolie. évidemment, il faut aimer les dessous rétro bien couvrants, mais c’est le principe du modèle. Je n’ai pas mis les porte-jarretelles, je voulais une culotte plutôt à porter au quotidien.

Le nom de « culotte gainante » est un peu trompeur : ce modèle n’a pas un vrai potentiel gainant, il n’y a pas d’effet correcteur de silhouette. Je doute que ce soit du fait de mon choix de tissus : les modèles vraiment gainants du commerce utilisent beaucoup plus de pièce à fort taux d’élasthanne, avec une aisance négative qu’on ne retrouve pas ici.

En revanche, la taille haute tombe pile sur la ligne de taille naturelle, et elle est bien emboîtante sur tout le haut des hanches. Mon (petit) ventre est bien au chaud, c’est très appréciable.

Culotte devant

Culotte dos

A voir avec l’usage dans le temps, mais je pense que c’est un modèle que je pourrais refaire une fois ou deux. Pas au point de garnir ma garde-robe quand même : la plupart de mes pantalons m’arrivent moins haut sur la taille que cette culotte !

Si je la refais, j’essaierai probablement de modifier la ligne d’entrejambe devant. En effet, elle ne suit pas la courbe de l’aine, ça crée un léger inconfort dans le mouvement de la jambe ou pour s’asseoir. Mais ça reste un détail 🙂

EDIT du 10/9 : j’ai fini par mettre en ligne l’article sur l’ensemble complet soutien-gorge + culotte, avec la méthode pour décorer le tissu à la peinture. 

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Eh bien, il en a fallu de la persévérance, mais le résultat est réussi, bravo! 🙂
    Julia

  2. J’avais hésité à prendre ce bouquin et puis j’ai lu pas mal de critiques pas forcément bonnes . La culotte haute moi j’adore celle de ohhlulu elle est parfaite. C’est malheureux de payer un bouquin dans lequel il faut deviner pas mal de choses. Ceci dit ta culotte gainante est bien même si comme tu dis il faut revoir l’entrejambe dos

    • Je pense quand même que le bouquin vaut le coup, mais plus pour l’inspiration / le style / les techniques de couture main qui y sont présentées que pour les patrons.
      En tout cas, ce n’est pas un livre adapté aux débutants : les techniques sont avancées, et entre les erreurs et la complexité des instructions, il faut s’accrocher pour les réalisations.

  3. J’ai cru abandonner en route, je ne trouvais pas toutes les pièces…! Même un burda est plus simple à décalquer.
    Je regrette un peu qu’il n’y ait pas plus de précision concernant les patrons (au moins une indication de planche à retrouver sur la page du livre, couleurs différentes selon les modèles…).
    Pas encore cousue la culotte. Je garde ton article pas très loin pour m’aider en cas de besoin 🙂

    • Tout à fait d’accord : c’est la croix et la bannière pour retrouver les pièces. Et il n’y a pas d’indication claire du nombre et de la forme des pièces à trouver. Seul le plan de coup donne un indice, mais il est assez imprécis lui-même…
      N’hésite pas à demander si tu as besoin 🙂
      Cela dit, ça vaut le coup : cette culotte est non seulement très confortable (quand on aime les tailles hautes), mais aussi un peu gainante. J’aime beaucoup la porter pour le côté « maintien » qu’elle donne.

  4. Cette culotte est sur ma liste ! Merci pour le retour d’expérience 🙂
    Sinon hahaha je viens également de retourner mes feuilles dans tous les sens, j’ai même cru qu’ils avaient oublié la moitié des modèles à l’impression tellement je ne trouvais rien.
    Petite question : du coup les marges sont-elles inclues dans les patrons ? C’est pas clair, d’autant plus que selon la couture elle passe de 1 à 0,5cm… :/

    • En retournant le livre dans tous les sens, j’ai retrouvé la mention à la page 22 : « (…) les marges de couture de ce livre mesurent 5mm pour les coutures ordinaires et 10 mm pour les coutures anglaises. »
      J’avais interprété que les marges étaient incluses, ça a bien margé… pardon, marché 😉