Tutoriel : finition intérieure des bonnets


Voici en photos détaillées la méthode que j’ai employé pour finir les surplus de couture à l’intérieur des bonnets d’un soutien-gorge non doublé. De quoi se faire des dessous très jolis et j’espère plus résistants dans le temps, sans avoir à forcément mettre une doublure à l’intérieur. Evidemment, la doublure intégrale reste la meilleure solution pour la qualité et durabilité des dessous, mais des fois j’ai juste pas envie 🙂

20160808_154233

Plus jamais ça !

Il y a quelques mois, j’ai vu quelque part sur la blogosphère anglophone une explication d’une technique visant à emballer les surplus dans une bande de doublure. Sur le coup, je n’avais pas compris l’intérêt. Après quelques mois et l’usure de mes premiers dessous cousus mains, je comprends mieux.  Même sur un tissu peu sujet à s’effilocher, les surplus finissent par s’abîmer à cause des vêtements (cela dit, les élastiques vieillissent aussi…)

Hélas, pas moyen de remettre la souris dessus (si quelqu’un peut me la citer en commentaire, je mettrai volontiers le lien ici). Du coup, j’ai créé mon propre système, inspiré par ce dont je me souvenais  – et donc probablement honteusement copié.

 

1. Couper des bandes de doublure, environ 4 cm de large. N’importe quel tissu fin pourrait faire l’affaire, mais j’ai choisi du tissu à doublure parce que j’en avais sous la main, et surtout parce que c’est vraiment très fin. L’épaisseur est la clef pour éviter d’alourdir les bonnets à un endroit où ce serait disgracieux.20160826_132757

2. Placer une de ces bandes en alignant son bord avec celui des deux pièces à assembler au moment de coudre les bonnets. Piquer ensembles la bande et les deux pièces de bonnets à coudre.
Attention : elle doit être du côté opposé à celui où seront les surplus. Surtout, bien la placer de la même façon pour le bonnet droit et le gauche, ou les surpiqures ne seront pas symétriques (oui, je parle de la boulette en connaissance de cause !).

20160826_133745

20160826_133915

J’utilise toujours le même truc pour coudre à distance constante du bord des pièces : j’aligne celui-ci avec le bord du patin, et je règle la position de l’aiguille pour correspondre à la largeur de la marge.

3. Recouper l’extrémité de la bande et replier la bande par-dessus les surplus. Piquer en place ; cette couture est facultative, mais mes essais sans la faire aboutissaient à un résultat beaucoup moins net.

20160826_134020

20160826_134127

4. Recouper la bande pour qu’elle ne soit pas plus large que les surplus de couture des bonnets.

20160826_134332

5. Replier les surplus ainsi emballés vers une des pièces du bonnet (en mettant le côté à cru de la bande sous les surplus) et les surpiquer. Mon tissu le permettant, je l’ai repassé avant de surpiquer. Sur ce modèle, j’ai choisi une double surpiqure, pour l’esthétique et pour que l’ensemble soit bien aplati. Si je m’étais arrêtée à la première, les surplus auraient été bien emballés, mais avec une possibilité de se soulever un peu du tissu.

  • Une faite depuis l’extérieur parallèlement à la ligne de couture et proche de celle-ci

20160826_134622

  • Une faite depuis l’intérieur, parallèle au bord des surplus : si la couture a été faite en respectant bien la largeur de la marge de couture, les deux surpiqures sont parallèles.

20160831_182744

Cette technique n’est à appliquer que pour les coutures au milieu des bonnets. Le tour des bonnets lui est plutôt recouvert d’une gaine à armature.

Finalement, c’est facile et rapide, et je pense que la durée de vie des bonnets sera largement améliorée, tout en me permettant de profiter de la qualité du tissu contre la peau !

C’est fini, j’espère que ça vous sera utile  🙂   Mon résultat vu de l’intérieur :

20160831_182714

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Certains utilisent un biai en satin ça doit le faire non ?

    • Oui, très certainement. D’ailleurs j’en avais utilisé dans le premier modèle que j’avais cousu ! Je crois que le biais satin est souvent utilisé pour la finition des bonnets en mousse.
      Comme il est fini sur les deux bords, le biais satin n’a pas besoin de suivre la même technique (coudre d’un côté et replié) : il est juste posé sur les surplus et piqué de chaque côté, à cheval sur les surplus.

  2. Merci beaucoup pour ce tuto ! A tester bientôt