Coudre ensemble un soutien-gorge : ajuster les bonnets


Les ajustements des bonnets sur le patron d’un soutien-gorge sont pour moi les plus compliqués. 

Je parle ici d’ajustement pour avoir des bonnets adaptés à la taille et la forme des seins, non des découpes à visées de style ou d’esthétique. On peut notamment vouloir :

  • repositionner les bretelles : plus vers le centre ou vers l’extérieur
  • ajuster l’encolure si elle est trop large, avec un espace entre le dessus du sein et le haut du bonnet (voir tout en bas de cet article)
  • ajuster l’encolure si le haut du bonnet pince le dessus du sein
  • arrondir la pointe du sein
  • déplacer la pointe du sein

Je ne vais pas vous présenter chacune des altérations en fonction de l’objectif poursuivi. Ce d’autant que je reste une débutante, je n’ai pas l’expérience nécessaire en matière d’ajustement.

 

Voici deux articles en anglais qui traitent des ajustements des bonnets : chez Cloth Habit avec des schémas clairs et parlants, je vous recommande d’y faire un tour, et chez Madalynne avec des explications sur l’impact des modifications. Madalynne explique que pour une même taille, la projection des seins peut être très variable d’une femme à l’autre (plus vers l’extérieur ou l’intérieur, …), d’où les ajustements.

En principes de base, il faut se souvenir de deux petites choses TRES IMPORTANTES :

  • D’une part, il faut modifier la ligne de couture et non le bord de la pièce : la différence entre les deux est la marge. Donc on retire la marge, on modifie la ligne, puis on remet la marge de couture.
  • D’autre part, les lignes de couture sont dessinées pour se correspondre. Toute modification qui impacte la longueur d’une ligne de couture doit être répercutée sur la longueur de la ligne de couture qui lui correspond. Pour bien repérer quelle ligne de couture correspond à quelle autre ligne, il faut positionner les pièces les unes par rapport aux autres : 1603-Pièces découpées

La méthode est toujours la même : on repère l’endroit à corriger et on ajoute / retire une pince ou bien on modifie la courbe entre deux pièces pour la rendre plus plate ou plus creusée.

Les « coins » des pièces doivent être respectés. Ils représentent l’intersection entre deux lignes de couture, et vouloir modifier ces deux lignes à la fois serait extrêmement complexe : nous travaillons en deux dimensions pour fabriquer un objet en volume, allons pas à pas !

Voici pour l’exemple des modifications que j’ai apportées à mon Boylston, en appliquant les principes de base. J’étais à la limite de la difficulté gérable : le bonnet était trop petit. J’aurais dû refaire mon prototype dans une taille supérieure, mais j’étais déjà à la plus grande taille proposé sur le patron  🙁

Du coup, mes ajustements ne sont pas encore au top, mais cela vous permettra de visualiser comment j’ai travaillé.

 

J’ai voulu rallonger la ligne de couture horizontale, pour avoir un bonnet plus profond. J’ai donc augmenté la profondeur de la courbe sur le haut bonnet

1605-BB 1

ainsi que sur les deux pièces du bas bonnet, pour que les longueurs de couture, ici en rouge, se correspondent :

1605-BB 2

J’ai dessiné d’abord les lignes de couture corrigé, puis ajouté de nouvelles marges de couture.

Après un peu plus de recherches pour écrire cet article, et au vu des explications de Madalynne, je ne m’y suis probablement pas prise au mieux. Sur un soutien-gorge corbeille comme le Boylston, la ligne du bas du haut bonnet doit rester quasiment plate. Ceci explique peut-être en partie la forme un peu bizarre de mon modèle n°2.

J’aurais plutôt dû augmenter la courbe des bonnets bas, et ajouter de la longueur en bas du bonnet haut par une pince à l’envers.

En théorie, la pointe du sein doit aboutir à l’intersection des trois pièces du bonnet. Si cela ne correspond pas chez vous sur votre prototype, il faut retoucher ces trois pièces pour décaler le point de croisement des lignes de couture.

 

J’ai arrondi la courbe sous le bonnet, pour la faire correspondre davantage à l’arrondi naturel de mon sein. Voici une image où j’ai superposé les deux pièces du bonnet bas sur la ligne de couture, pour redessiner la courbe du bas dans la continuité :

1605-BB3

Du coup, j’ai dû modifier aussi les pièces de la bande devant, pour que les longueur des lignes de couture se correspondent.

 

Un ajustement plus simple et plus classique : j’ai modifié le bonnet haut car il baillait un peu sur le dessus du sein. Pour cela, j’ai dessiné une petite pince :

1605-BB6

J’ai découpé le papier hachuré, et j’ai scotché la pièce refermée avant de redessiner une courbe régulière en haut et la marge de couture :

1605-BB5

Dans le cas inverse, j’aurais pu faire une découpe droite, écarter les deux pans et ajouter un morceau triangulaire si cette partie du bonnet était venue en pression sur le sein.

 

Voilà quelques éléments pour les modifications des bonnets. Cela reste le point le plus difficile. De toutes petites modifications peuvent avoir un impact important sur la forme, le confort et le style du bonnet. Je recommande donc vivement de commencer par essayer un bonnet non modifié, et de venir à de petits ajustements quand on est sûr d’avoir la bonne taille.

Cela dit, je trouve très amusant d’expérimenter des trucs pour apprendre, comme je l’ai fait sur ce Boylston 🙂

Et le résultat n’était pas trop mal :

1603-Boylston4

Et vous, vous en êtes où de ce « coudre ensemble » ? Toujours motivé(e)s ?

Une fois le patron corrigé, il n’y a plus qu’à recommencer 🙂    Les modalités de montage sont inchangées, je ne vais donc pas reprendre ce que j’ai écrit pour le prototype. En revanche, j’essaierai de revenir en deuxième quinzaine de mai avec quelques considérations sur l’embellissement du soutien-gorge. Parce qu’une fois qu’on a réussi à avoir un patron à sa taille et ajusté, on rentabilise ! Et pas question de remplir tout un tiroir de soutien-gorge de pièces parfaitement identiques 😉

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *