Coudre ensemble un soutien-gorge : surpiquer et préparer les bretelles


Nous progressons dans la fabrication du soutien-gorge Boylston avec deux points techniques : la surpiqure des bonnets et la préparation des bretelles réglables.

Ces deux temps sont totalement indépendants.

1602-SurpiquerLa surpiqure vient finaliser les bonnets. Sur le Boylston, elle est faite en deux passages parallèles, chacun d’un côté de la gaine à armatures. Ce n’est pas difficile, il faut aller lentement. Attention à bien piquer sur le côté de la gaine, sans fermer celle-ci, car il faudra ensuite pouvoir y enfiler les armatures !

Ci-contre, une illustration d’un autre modèle.

Nous verrons ensuite le montage de la bretelle réglable. Ce morceau de bretelle en élastique viendra dans le dos et s’attachera à la bretelle en tissu qui part du bonnet devant.

 

Je reprends la traduction des instructions du Boylston, à partir du point 20 :

20. Avec le côté endroit du soutien-gorge vers le haut, et la gaine à baleine tournée vers l’extérieur du bonnet, piquer une ligne de surpiqure à l’extérieur de la ligne de couture des bonnets. Cette surpiqure doit être la plus proche possible de la ligne de couture initiale utilisée pour fixer la gaine aux surplus de couture. Puis coudre une seconde ligne de surpiqure sur les côtés et le pont qui corresponde à la première ligne, sur l’autre bord de la gaine. La surpiqure peut être un peu décalée par rapport à la gaine, mais doit laisser la place pour y enfiler la baleine.

 

Le tour des bonnets est surpiqué deux fois sur chaque côté de la gaine à baleine, rabattue vers l’extérieur du bonnet :

  • Une première depuis l’extérieur du soutien-gorge, sur le bord le plus proche de la ligne de couture des bonnets

1603-B52

  • Une seconde depuis l’intérieur, sur le bord extérieur de la gaine par rapport aux bonnets

1603-B53

Pour chaque surpiqure, j’utilise un pied avec un guide central, et je décale légèrement l’aiguille sur le côté. Attention : les armatures devront être enfilées dans la gaine, il faut bien que la surpiqure laisse le passage libre tout le long.

Résultat fini, la surpiqure passe sur les élastiques de bande sous le bonnet, c’est normal :

1603-B54

On retrouve la double surpiqure très classique. Il pourrait être possible de n’en faire qu’une (côté extérieur), qui suffirait à fixer la gaine à armature.

La bretelle est très simple, en prenant le temps de faire chaque étape selon les croquis.

1603-B55

21. Couper deux morceaux de bretelle de 25 cm. Pour faire la bretelle arrière, enfiler la bretelle dans le glisseur, en tirant juste assez de bretelle pour la relier (envers contre envers).

22. Fixer solidement la bretelle au glisseur par deux rangs de points droit.

J’ai fait deux rangs de points droits plus un zigzag sur l’extrémité pour une plus jolie finition… à un endroit que personne ne verra 😉

1603-B56

La bretelle est repliée sur elle-même envers contre envers. L’envers est le côté le plus doux (celui qui va contre la peau) ou le moins décoré.

23. Enfiler l’autre extrémité de la bretelle dans un anneau. La bretelle avant en tissu viendra in fine se fixer à la bretelle arrière via cet anneau.

24. Après avoir passé la bretelle dans l’anneau, la ramener dans le glisseur par dessus la boucle formée précédemment.

Répéter pour la seconde bretelle.

Il suffit d’enfiler :

1603-B57

Vue finale depuis la tranche :

1603-B58

On y est presque, plus que deux étapes 🙂

Vous suivez ? On finit ce premier soutien-gorge ce week-end ?

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *