Coudre ensemble un soutien-gorge : les tissus


Avant de vous assommer avec les matériels techniques pour les soutien-gorge, voici le moment plaisant : le choix des tissus pour l’avant du soutien-gorge !

 

Le choix est très large : extensible ou non, dentelle synthétique ajourée ou coton bien enveloppant, mat-brillant-uni-imprimé, matière naturelle ou synthétique…

En fait… presque tout est permis, à vous d’essayer ce qui vous plait ou non 😉

 

La principale question à se poser reste celle de l’extensibilité. On va plutôt rechercher des tissus à extensibilité faible ou nulle. C’est une question de goût et de confort personnel : certaines trouvent les tissus fermes importables car ils manquent de souplesse. D’autres préfèreront leur maintien…

 

Les tissus de type « trame », par exemple le liberty, sont utilisables. Pour leur donner un peu de souplesse, il est parfois conseillé de les couper dans le biais. J’ai lu des avis divergents sur les tissus fermes :

  • certains les utilisent au premier prototype, pour avoir une meilleure perception du bon ajustement du soutien-gorge d’essai sur un nouveau patron ;
  • d’autres recommandent de n’utiliser les tissus fermes que pour couturiers expérimentés, qui sauront gérer les parties à rendre souple et celles à renforcer…

 

En outre, même un tissu très extensible peut être utilisé, pour peu qu’on le double par un tissu ayant des caractéristiques techniques différentes. Ainsi, la dentelle élastique est souvent doublé d’un voile de type nylon 15 denier qui vient la renforcer et l’opacifier un peu sans lui retirer toute transparence.

Marie Poisson a écrit ici un article détaillé sur le cas de la doublure 🙂

1603-Type extensibilité

Attention : la zone entre les seins, celle du « pont » doit être à extensibilité nulle dans le sens latéral. Cette pièce ne doit surtout pas s’étirer en largeur, toute la structure de support du soutien-gorge repose sur elle.

Si le tissu que vous avez choisi est extensible, cette pièce doit impérativement être doublée d’un tissu ferme.

Edit du 31/3 : Lilysews m’a indiqué dans les commentaires que selon sa prof de couture le pont n’avait pas besoin d’être stable, ni nécessairement doublé.  Mme Louise Feuillere a gagné le titre de meilleur ouvrier de France, son expérience en lingerie est immense.
Je suis bien incapable d’expliquer quels sont ses critères de choix de la pièce du pont, mais je m’en remets entièrement à ses dires rapportés par Lilysews : « Il ne faut pas que le tissu soit trop souple mais il doit avoir un peu d’élasticité. »
Merci à elle   🙂

 

Seul quasi-interdit : les tissus trop souples ou les jersey sans élasthanne, qui auraient tendance à s’étirer au fil de la journée sans reprendre leur forme. A bannir, sauf pour les mini-bonnets où le soutien ne compte pas. Même là, attention : ces tissus peuvent se mettre à pocher de façon assez moche.

 

 

Et la dentelle, alors ?

La dentelle est un grand classique du soutien-gorge, délicate et sexy à la fois 😉

On peut trouver de la dentelle en ruban de 1 ou 2 à 25 cm de large, ou en laize comme le tissu en 110 voire 140 cm de large. Elle peut être extensible ou non. Et on parle de feston pour une bordure décorative.

 

Exemple de tissu en dentelle extensible en laize de 140 :

 1603-K3SG4

Exemple de dentelle avec un feston :

1603-Krose5

Exemple de ruban de dentelle de 3 cm à appliquer pour décorer les bonnets : 

1603-K3SG5

1603-Korsf2

Toutes sont utilisables. Si la dentelle est trop extensible pour l’usage envisagé, notamment le pont ou les bonnets, on la doublera d’un voile nylon. Classiquement, le nylon 15 deniers est utilisé à cet effet (le denier est une mesure d’opacité : le 40 denier est plus épais que le 15).

 

 

Pour ce sew-along, je reste sur l’idée d’un modèle pour débutant, je ne vais pas approfondir la question de la dentelle. Notre premier objectif est de monter un soutien-gorge pour essayages, la dentelle et les décorations viendront une fois le patron bien ajusté.

Pour le premier prototype, afin d’essayer le patron et de se familiariser avec les techniques, un vieux drap ou une chute de votre stock peut tout à fait faire l’affaire  😉

A demain pour les fournitures, on entre dans le technique !

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Raphaelle on said:

    Super, je vais suivre cette aventure de près et peut être y participer

  2. Anna, je vais jeter un pavé dans la mare mais comme toi je pensais que le pont devait être cousu dans un tissu non extensible et en fait non. Ma prof m’a certifié l’inverse aujourd’hui. Il faut que l’entre gorge puisse bouger avec le reste du soutien gorge et il n’est absolument pas nécessaire de doubler même de la dentelle avec un tissu non extensible. Il ne faut pas que le tissu soit trop souple mais il doit avoir un peu d’élasticité.

    • Très intéressant. J’ai retrouvé cette notion de pont non extensible sur la totalité des instructions et sur le cours craftsy, donc je l’ai considéré comme un invariable. J’ai lu que son rôle dans la structure expliquait la stabilité requise, mais je ne sais plus où.
      D’un autre côté, les patrons que j’ai essayés prévoient tous un « sens d’extensibilité » sur le pont, qui est vertical. J’en avais donc déduis que la non extensibilité impérative était horizontale. Mais tous les tissus ont de la souplesse dans le biais, et un tissu extensible verticalement encore plus. Donc la stabilité horizontale est relative.
      Et maintenant, Mme Feuillere t’indique que ce n’est pas nécessaire… Très intéressant. Merci à toi de l’avoir rapporté.

      Encore que… je ne suis pas sûre que ça va aider des débutants à s’y retrouver plus facilement. Le soutien-gorge est décidément une technique qui repose plus sur l’expérience que sur la théorie. 😉
      Je vais corriger mon article !

      • J’en ai rediscuté aujourd’hui. Il faut que le haut du pont soit stabilisé effectivement pour maintenir un écartement et le maintien de la forme du SG mais elle m’a montré que sur les très vieux SG il y avait meme un gousset (sorte de triangle) elastique dans le milieu du pont pour apporter du confort dans les mouvements. Le soutien se fait quand le pont est bien plaqué entre les 2 seins, c’est l’élément le plus important.
        Moi aussi il faut que je corrige mon tuto car comme toi j’étais persuadée du contraire 🙂

        • C’est très intéressant. Ca me rappelle des dessins que j’ai vu de formes de ponts originales, par exemple avec un trou au milieu. Il était question d’un effet de design, mais aussi de donner de la souplesse.
          Décidément la technique de construction des soutien-gorges me laisse de nombreuses années d’explorations et d’essais, si je persévère ! Pour l’instant, je n’en suis pas encore à faire un pont en plusieurs pièces 😉
          J’espère que tu présenteras sur ton blog les résultats de ces jours de formation. Je me demande sur quel style tu es partie !

          • J’ai surtout fait du patronnage et je ne suis pas repartie avec un modele terminé mais avec un patron complètement retouché à mes mesures après réalisation de toiles. J’ai une contrainte de tenue de baptême à finir mais après je m’y mets à fond pour ne pas oublier ce que j’ai appris!

          • Oui, s’y remettre après une formation, c’est la meilleure façon de progresser. 🙂
            Bon baptême !