Prise en main de la Janome 2000 CPX


Papa Noël a pensé à moi, sous le sapin j’ai trouvé un gros colis avec la petite dernière : la Janome 2000 CPX. Depuis un mois et quelques, j’ai eu l’occasion de faire quelques essais.

Mon objectif à la recouvreuse : les finitions, surtout ourlets sur le jersey, mais aussi sur la lingerie. J’étudierai plus tard les possibilités offertes par le point chainette.

 

Première impression, point fort : aucune difficulté à l’enfilage. A côté de la surjeteuse, c’est du gnan gnan.

Et un grand espace de couture, comme une machine à coudre.

 

Après quelques essais : ça marche tout seul sur du tissu à plat, par exemple pour un échantillon de points. Ma-gni-fi-que !

Dès qu’on s’essaie aux « vrais projets », par contre, les difficultés commencent.

 

Entendons-nous bien : je suis ravie d’avoir une recouvreuse, la 2000 CPX tourne très bien, et nous allons nous habituer l’une à l’autre (je sens que c’est moi qui vais faire les efforts). Mais nous sommes ici pour faire face aux dessous de l’apprentissage : les débuts sont laborieux.

Point positif : je préfère largement apprivoiser la recouvreuse que passer du temps à installer / désinstaller la machine à coudre avec l’aiguille double.

 

Voici quelques exemples, n’hésitez pas à me faire part de vos conseils pour dompter la bête :

1ère pose d’une ceinture élastique et ourlet sur un legging, il y a des sauts de points (pour décorer, j’ai mis à l’extérieur le point du boucleur) :

1601-Ourlet ceinture     1601-OUrlet raté

Peut-être que je tire sur le tissu ou que je contrarie la régularité de l’entraînement. Je n’avais pas non plus utilisé le bouton de réglage automatique des tensions.

 

Quelques jours plus tard, je me suis rapidement améliorée et voici un exemple d’ourlet sur un pull en maille violet :

OUrlet       Ourlet manche

Pas trop mal, non ?

 

bras libreJ’ai été un peu déçue par le bras libre de la Janome 2000 CPX :

 

 

 

Vous voyez le truc ? La fin du bras libre s’arrête avant la ligne de couture. Pour un ourlet sur manche il faudrait tirer le tissu.

 

 

Tirer sur bras libre
Et cette distorsion nuit gravement à la régularité de l’ourlet !

 

(au passage, vous pouvez noter la faible portée de l’éclairage intégré)

 

 

 

 

Donc je fais les ourlets en tubulaire…Couture en tubulaire

 

 

 

Je réserverai le bras libre aux ourlets étroits, comme les jambes de shorty (j’ai hâte d’essayer).

 

 

Autre point auquel je ne m’attendais pas : l’arrêt des coutures. J’avais bien lu qu’il fallait les arrêter par un nœud, car le point de recouvrement se défait très vite.

Et bien défaire un point de recouvrement, c’est difficile – sauf quand on voudrait qu’il ne se défasse pas. Il faut vraiment s’habituer pour savoir sur quel fil tirer.

 

Méli mélo

Au secours !

Des fois, je me croirais à la pêche, avec la ligne emmêlée avec celle du voisin.

 

On respire, on se fait un thé et on reprend calmement.

 

 

Enfin, un point dont je pense utile d’être conscient avant l’achat : cette machine coûte CHER. Non seulement à l’achat, mais au fonctionnement.

 

1601-Gros plan couleur point

Orange dessus, bleu dessous : les deux se voient !

Elle fonctionne avec 4 fils, comme une surjeteuse, mais contrairement à cette dernière les coutures sont TRES visibles, donc il faut beaucoup de fils coordonnés. Couleurs identiques, assorties ou dégradées, c’est vous qui voyez. Mais le résultat visuel de votre projet en dépend !

Et madame n’aime pas le fil de mauvaise qualité, madame veut du fil régulier. C’est indispensable pour pouvoir régler correctement les disques de tension (même combat que la surjeteuse). Donc prévoyez un budget conséquent.

A l’aiguille double sur la machine à coudre, je montais une bobine de fil + une canette de couleur identique. Du coup une bobine par couleur me suffisait. Peut-être qu’on peut monter une canette sur la recouvreuse à la place d’une bobine, mais je ne suis pas sûre que le déroulé soit assez régulier pour les disques de tension et la régularité du point. Quelqu’un a déjà essayé ?

 

 

Et en plus des fils, prévoyez un budget pour les pieds spéciaux. Déjà, le pied standard est gros et opaque : comment voulez-vous faire une couture de précision ?

Avec ça :

Pied

On obtient ça sans même s’en rendre compte :

Ourlet tordu

 

Alors… un pied transparent. Peut-être un guide pour ourlet… Déjà plus de 50 euros.

Et un pied pose-biais, le must sur une recouvreuse : oulà, prix à trois chiffres !

 

Voilà pour mes premières impressions à la recouvreuse. Pas un engin à mettre entre toutes les mains : son usage reste limité par rapport à une machine à coudre ou une surjeteuse, et elle nécessite une bonne maîtrise. Ceci rapporté à son prix, réfléchissez bien avant l’achat.

Je reviendrai vous en parler quand j’aurai pris un peu de bouteille. Je vous montrerai des résultats plus aboutis pour vous faire envie, sauf si je me tourne vers la dive bouteille pour oublier mes échecs.

sprigs_lavender

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je n’ai jamais été convaincue par la recouvreuse. Si j’avais plus de place, et de sous, peut être…. Tu prends du fil en bobines ou en cônes? Perso je dépense beaucoup moins en fil depuis que je prends des cônes. J’ai fait la bêtise au début d’acheter des cônes pas chers mais au fil irrégulier au Marché saint Pierre. Mais sur le net on trouve des cônes de très bonne qualité à tout petit prix et avec un grand choix de couleurs.

    • Effectivement, j’ai la place, et les sous, sinon je n’aurais pas envisagé la recouvreuse. 😉
      Et même en l’ayant, je suis partagée : c’est très pratique, mais je pourrais m’en passer contrairement à la machine et à la surjeteuse.
      Pour le fil, j’avais commencé par des bobines, puis des bobines pas chères. Et j’ai compris mon erreur. Désormais je fouille aussi le net à la recherche de fil de bonne qualité uniquement. J’ai abandonné les petites bobines, trop chères au mètre, pour les 500 ou 1000 m, et sur les couleurs de base je prends systématiquement des cônes. Mais la recouvreuse me pose un problème : acheter 4 cônes de la même couleur pour faire un ourlet… Ca fait cher par couleur. Du coup, je me re-questionne. La couture est une grande interrogation sans fin.
      Heureusement qu’on peut s’inspirer de ce que font les autres 🙂

  2. Bonjour, je me permets de laisser un commentaire, car j’ai la recouvreuse janome coverpro 1000 cpx. Pour ne pas acheter trop souvent des cônes, j’utilise des canettes et cela fonctionne très bien. Bonne journée

  3. Très intéressant ce « débrief » des premiers pas avec une recouvreuse. Pour ma part j’ai une combinée surjeteuse/recouvreuse (Evolvé babylock) depuis 15 ans donc j’ai un peu d’expérience sur le sujet. D’accord c’est une machine qu’il faut apprivoiser, mais avec de la pratique ça s’arrange il ne faut pas se décourager !
    Je conseille de bâtir les ourlets en s’arrangeant pour avoir le bâti au milieu de l’ourlet (2 ou 3 fils moi je fais surtout 2)et comme ça on se guide avec. Pour le fil c’est vrai que ça en consomme beaucoup mais surtout dessous donc pour les fils de dessus (aiguilles) on peut utiliser du beau fil (et à la bonne couleur) et dessous du fil en cône plus économique.
    Pour les noeuds il y a plusieurs méthodes, moi je fonctionne au bruit, e nfin de couture je tourne le volant à la main, il faut écouter et aprsè 2 tic tic je fais un 1/4 de tour avec le volant et les fils sont libérés. Ensuite sur l’envers je tire les boucles du dernier point et je noue ensemble les fils qui sont ensuite glissés dans la couture avec une aiguille à laine. Je ne sais pas si c’est facile à comprendre j’ai une série d’articles surjeteuse/recouvreuse en projet sur mon blog à suivre !

    • Merci pour tes précisions et tes conseils. Effectivement, j’ai remarqué que c’était plus ou moins facile avec les fils suivant où en était le point… mais je n’ai pas encore trouvé comment identifier le « bon » moment.
      J’irai surveiller tes articles sur la combinée !

  4. Bonjour,

    J’ai moi aussi cette recouvreuse depuis Noël, et je suis également très déçue du bras libre dont je ne peux pas me servir (je pensais l’utiliser pour le bas des manches et des pantalons enfants donc pas très large).
    Côté fil, je confirme qu’elle semble mieux accepter le fil de qualité. Pour ma part, j’ai fait des canettes avec mes fils « recouvreuse » et ça passe bien.

    • Merci de ton soutien, je vois que nous avons le même problème avec le bras libre pour les vêtements enfants !
      Après ton message et celui de MGG++, j’ai testé les canettes : effectivement, ça marche. Me voilà rassurée, je ne vais pas avoir besoin d’acheter tous les cônes en double ou en triple 🙂

  5. Bonjour
    J’ai aussi fait l’acquisition de la recouvreise. Pour le moment je l’utilisé pour faire les ourlets et j’en suis contente. J’utilisé les cônes pour coudre car très économique.
    Merci de votre gentillesse d’avoir partagé votre expérience
    Florence

    • Merci de votre message, et bonne découverte de la machine.
      Après six mois, je reste à peu près au même avis : la recouvreuse est loin d’être indispensable. Mais c’est un confort appréciable pour les ourlets et surpiqures quand on travaille régulièrement du jersey.
      Je crois que je n’ai pas utilisé une seule fois les aiguilles doubles depuis que je l’ai, et j’en suis bien contente. Je trouve la recouvreuse est plus facile à régler et elle pique beaucoup plus vite 🙂

  6. Bonjour , j’envisage de m’acheter cette recouvreuse , pourriez vous me dire si il y a des points qui saute . Je suis allée à la foire de Chalons et un vendeur de chez baby lock ma déconseillé cette janome 2000 cpx . Soit dans le but de me vendre une baby lock qui coute beaucoup plus chers ,j’ai un doute. Je vient vers vous pour m’aider a faire mon choix. Cette recouvreuse Vous donne telle entière satisfaction ?

    • La question de la satisfaction est compliquée. Je dirais que la réponse est oui, mais que je l’utilise finalement assez peu (principalement parce que ces derniers mois je couds plus de lingerie que de vêtements en jersey). Donc pour cet usage, j’aurais probablement regretté d’en acheter une plus chère : celle-ci l’est déjà bien assez.
      Quelques commentaires :
      – effectivement, les vendeurs « offrent » parfois des conseils intéressés.
      – la babylock proposée est-elle uniquement recouvreuse ou combinée ? De mon expérience, j’alterne souvent : je couds à la surjeteuse / je surpique à la recouvreuse / je couds à la surjeteuse / je surpique et ourle à la recouvreuse. Même avec le système d’enfilage rapide des babylock ,je pense que ça me gonflerait d’avoir une combinée et devoir modifier les positions d’aiguilles et nombre de fil à chaque changement.
      – pour les points qui sautent : oui, ça arrive. Quand je m’obstine à vouloir lui faire utiliser ce très-joli-fil-pas-cher-à-peine-duveteux. Je n’ai aucun souci dès que je lui met du fil de qualité.
      – pour les épaisseurs : elle passe correctement les changements d’épaisseur (par exemple une surpiqure croisant une couture surjetée), mais ce n’est pas parfait. C’est peut-être ma façon de manipuler : ça s’est amélioré ces derniers mois.
      – autant la Janome est facile à enfiler, autant bien la manier demande de l’habitude. Quel accompagnement pourrez-vous avoir ?

      • francine on said:

        Bonjour, merci pour votre réponse. J’ai déjà en ma possession une surjeuteuse brother 4234D . Je voulais une recouvreuse en complément pour les finitions ( pose de biais et ourlets ).
        J’hésitais entre la janome 2000 cpx et la baby lock success c4 pour leur grand espace de travail.
        Mais sur la success c4 , la pose de biais n’ai pas possible .
        Le vendeur , me propose le rachat de ma surgeteuse , pour l’achat d’une combinée baby lock ovation .
        Il m’a fait une offre mais pas assez pour me faire craquer.

  7. Bonjour, je compte m’acheter une découvreuse prochainement et je suis tombée sur ton article en cherchant des avis éclairés sur la Janome 200cpx.
    Alors? Avec le recul ça donne quoi?
    La vendeuse m’a conseillée de prendre la Bernina L220 mais elle est hors budget pour moi.
    J’ai hâte d’en savoir plus!!
    Bise et merci pour ce premier feed back! 🙂

    • Avec le recul… C’est une machine assez facile à prendre en main, à condition de la nourrir en fil de qualité.
      Je m’en sers relativement peu, je ne peux pas dire que je la rentabilise. Par contre, quand je la mets en route, je peux faire des séries de finitions sur jersey à grande vitesse.
      Du coup, c’est un excellent complément à la surjeteuse, pour faire les ourlets et surpiqures que celle-ci ne gère pas. Pour moi, l’intérêt de la recouvreuse dépend donc de l’usage qu’on a déjà de la surjeteuse.

  8. Catherine on said:

    Bonjour
    Merci pour tes explications
    Pour mon Anniversaire, je viens d’acheter la recouvreuse janome PRX 1000.
    J’ai prix du temps pour comprendre son utilisation par rapport à la surjeteuse.
    Hier, je me suis lancée dans mes ourlets . J’étais fier de moi pour mon encolure de tee-shirt puis j’ai voulu faire un ourlet à 3 fils. Je teste sur un échantillon comme d’habitude.
    Puis je me lance sur ma tunique et la surprise dès sauts d’aiguilles .
    Et en lisant tes explications, je pense à avoir compris quelques subtilités de la machine
    Merci encore

  9. bonjour,
    je suis couturière et j’aimerais acheter celle-ci.
    merci pour vos commentaires je vais regarder d’autres modèles
    cordialement
    béatrice morvan

  10. Hélène magdo on said:

    Bonjour,

    Comme as tu fais pour éviter les point qui sautent???? Ca fait 3 jours que je m’acharne et je rate immanquablement une fois que je passe de l’échantillon au projet à coudre! 🙂
    Merci d’avance pour ta réponse

    • Oups… désolée, je n’avais pas remarqué la question. J’espère que tu as trouvé.
      Le seule truc que j’ai trouvé pour les points qui sautent, c’est du fil de meilleure qualité (et une aiguille neuve du type spécial surjeteuse / recouvreuse, mais c’est surtout le fil qui fait la différence).

  11. Sylvie Marly on said:

    je viens d’acheter une recouvreuse Janome CPX 2000, tout va bien sauf au moment ou il y a une différence d’épaisseur, là, elle saute des points, comment y remédier ? j’ai de bonnes aiguilles, du fils Madeira. Avez vous une idée. Merci

    • Bonjour,
      Deux suggestions, que vous avez peut-être déjà essayées :
      – réduire la vitesse (le plus évident)
      – utiliser le réglage de la machine : coudre sur « soft » sur la couture normale, et basculer sur « tight » quand vous êtes sur une sur-épaisseur. Ce bouton se trouve à côté de celui de réglage de tension du fil de boucleur. Il est précisément fait pour une modification simple des tensions pour ce genre de cas… mais ce n’est pas magique non plus !
      Bon courage, c’est par tâtonnement que l’on progresse 🙂

  12. Hello!
    Je viens d’acquérir la recouvreuse janome 2000 CPX!
    J’ai bien lu to billet très complet et les commentaires sur les surprises à venir! Cela va beaucoup m’aider lorsque ces problèmes surgiront! Merci!