L’élasticité des tissus : quelques repères sur l’élasthanne


La lingerie moderne repose sur l’utilisation de l’élasthanne, qui donne de l’élasticité aux tissus et leur permet d’épouser les formes, de soutenir…

Et une bonne partie de l’apprentissage de la confection en lingerie va tenir à savoir accorder patrons et tissus selon cette élasticité.

Alors, de quoi c’est qu’on parle ? Avant de passer aux travaux pratiques, voici en trois étapes les bases telles que je les ai comprises :

Pour aujourd’hui, voyons les repères de base. Point de vocabulaire : élasthanne (terme français) = spandex (terme anglo-saxon).

Le lycra ® est le nom de la marque déposée par l’inventeur de cette fibre, la société américaine Dupont. Sa création remonte à la fin des années 50, mais il a fallu plusieurs décennies pour en démocratiser l’usage vestimentaire.

Dupont

 

Nous trouvons donc les trois termes élasthanne / spandex / lycra ® dans le descriptif des tissus, les trois sont équivalents.

Pour causer franchouillard, je retiens plutôt le premier.

 

 

Cette fibre présente plusieurs caractéristiques :

  • Une forte élasticité : elle peut s’étendre jusqu’à 6 fois sa longueur d’origine
  • Une capacité à reprendre sa forme d’origine après étirement
  • Un temps de séchage rapide

 

L’élasthanne n’est pas utilisé « pur », mais associé en petite quantité à une autre fibre : coton, polyester, soie, … Le tissu obtenu obtient ainsi les caractéristiques de l’élasthanne, à plus faible mesure.

 

Le % d’élasthanne de la composition influe directement sur la capacité du tissu à s’étirer, mais ne permet pas de la prédire à coup sûr.

1601-Composition

 

 

Quelles informations trouve-t-on sur l’élasticité ?

  • Les vendeurs de tissu indiquent la présence d’élasthanne, et souvent sa proportion dans la composition
  • Les patrons sont souvent exprimés en % d’élasticité du tissu, c’est-à-dire sa capacité à s’étirer.

 

Ainsi, un jean denim en coton qui contient 2 à 3 % d’élasthanne va être légèrement élastique, ce qui améliorera son confort.

Il pourra s’étendre de 10 à 20 % de sa largueur d’origine (c’est-à-dire qu’un morceau de 10 cm pourra être étiré jusqu’à 11 ou 12 cm).

1601-Compo jean

 

Pour approfondir la mesure de l’élasticité d’un tissu, je vous invite à  vous devez absolument  lire le blog de Marie Poisson.

Elle explique comment mesurer l’élasticité, son importance pour les modèles, et aussi l’influence des points de couture sur l’élasticité.

 

 

Par exemple, j’ai acheté :

1601-Tas tissus

  • Des tissus de 2 à 3 % d’élasthanne : surtout pour le confort. J’en ai utilisé pour des patrons prévus pour tissu non extensible, et j’y ai gagné de la souplesse.
  • Du jersey avec et sans élasthanne : le jersey est une façon de construire le tissu, qui le rend naturellement extensible même sans élasthanne. En ajouter augmente son extensibilité, mais aussi sa capacité à retrouver sa forme après étirement.
    Je retiens généralement des jersey avec 5 % d’élasthanne pour les leggings.
  • Des tissus synthétiques avec 13 à 20 % d’élasthanne : pas forcément plus extensibles, ils ont souvent une très forte capacité à retrouver leur forme d’origine. Donc à apporter du soutien. Je cherche dans cette rubrique les tissus pour justaucorps de danse, maillots de bain. Je manque de repères, mais 20 % d’élasthanne me semble un minimum pour vêtements compressifs ou pour sous-vêtements gainants.

 

sprigs_leaf2sprigs_pink1sprigs_leaf2

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Très intéressant ton article! Effectivement ces histoires d’élasticité sont compliquées. Merci pour le lien!